Mon Hip Hop, mon coup de gueule.

Je me répète très souvent là dessus, mais j’ai envie de mettre les choses au clair une fois pour toute. Et c’est ma vision des choses, pas sûr que vous soyez d’accord avec elle.

On est pas Hip Hop par la quantité des choses qu’on connait sur le sujet, mais par la passion et l’envie qui nous y amène. 


J’en ai marre d’être jugée sur ma connaissance ou non de ce son, ce rappeur, ce graffeur, ces paroles…

Je viens du monde Hip Hop de la danse. Ma connaissance est là dedans. Je ne suis ni DJ, ni rappeuse, ni spécialiste de tout ce qui concerne la culture. Je n’étais pas partout, je n’ai encore rien vu.
Je suis moi avec ma connaissance, mes goûts, j’ai évolué avec la musique que j’écoute et qu’écoutent mes potes, avec ma vision des choses. J’estime avoir le droit de porter un jugement sur un son, une idée, un graff’, parce que ce sont mes goûts. J’ai aussi le droit de me tromper. J’ai aussi le droit de détester un son et puis d’aimer.
Je veux apprendre, et j’apprends tous les jours sur cette culture.
Au lieu de porter un jugement sur le degré des autres à être Hip Hop, je préfère penser, et avancer dans le milieu.
On est censé être réuni. Pas l’inverse.

Lundi soir à Strasbourg au Freestyle Mondays, qui est un open mic Hip Hop organisé par Art district, j’ai vu des gens rire dans le public. Ils se moquaient discrètement de ceux qui osent monter sur scène, qui démarrent, qui se trompent dans les temps, qui lâchent le micro avant. C’est pas grave mais pour moi le respect de celui qui ose est primordial. J’applaudi tout le temps même si le mec était mauvais. 
J’crois que le respect fait partie des choses les plus importantes dans cette culture (du moins pour moi) : le respect de soi et des autres.  Je serai incapable de monter sur scène et de sortir un couplet. Je respecte tout ceux qui vont le faire même si ils sont mauvais. Par contre j’pense que si j’en arrive à parler avec lui, ou à parler de lui j’ai aussi le droit de dire que c’était mauvais, ou que je n’ai pas aimé. Ca fait parti du respect.

Finalement on est tous en train de tester, d’exercer, on peut se tromper. On a le droit de se planter dans cette culture. Et on ne devrait pas subir des remarques pas constructives pour un sous. Quand j’me trompe j’aime qu’on me le dise, parce qu’encore une fois j’apprends.

Arrêtez d’être fermé, et de penser que vous êtes mieux, que vous connaissez mieux ça que ça. On est tous différents, on a tous une influence différente.

On est tous Hip Hop tant qu’on aime cette culture. Merci. Au revoir. 

Interlude 05. When Lauryn Hill Talks…

C’est sûr le live MTV Unplugged 2.0 de Lauryn Hill qu’on trouve cette interlude… que j’écoute très souvent, pour avancer, pour me concentrer, pour évoluer. C’est quelque chose que je voulais partager avec vous…

Image

« You all doin’ alright? You ok? I’m not screamin at ya, I’m just askin you a question. Y’all givin’ me a clap. A yes is fine (laughing) ok? (voice from audience “I love that song”) Thank you.
Praise God. I tell you, I know everybody’s in the same mess. I’m telling you. We all are.
I know that, you know, and I’m just, you know, I’ll be the first to tell you, you know, I’m a mess and God is dealing with me everyday. And everyday I’m trying, you know, how I can be less of a mess.
Cuz you know, he showed me, Look Lauryn, you know, You’re the problem, ok, I’m going to show you how you’re causing the problem, and now I want you to be the solution. And that’s what all of these songs are about, just, problem, cause and solution.
Free your mind. It’s like, we all think that the gospel is join and church building, and that’s deception, you know. The real gospel is Repent, which means ‘let go of all that crap,’ that’s killin’ ya.
Life was supposed to be a pleasurable experience, not this torment, you know. And when I realized that I was tormenting myself, it was about my lust.
It wasn’t about things that I needed it was just, you know, all these security blankets. I mean, the more I acquired I became more of a prisoner. I mean, you know, forty people on staff, and you can’t do nothing, and now creativity is impossible because all you can think about is all these folks that you know, you’re supporting and carryin’ and you know, it’s not good. You know, everybody…a friend of mine says that every tub has to stand on it’s own bottom, you know. And in that respect, we all get to do what our passion is.
See that’s what praisin God is all about, is doing your passion. You know, it’s not useless, worthless ritual, you know, monotonous ritual, where we just show up and can’t wait to see the game, you know.
It’s doing your passion and fulfilling your passion. You know. That’s how we’re thankful. That’s how we say we appreciate the opportunity to be alive. And I’m just glad that I, you know, I don’t have to slave anymore. You know, cuz I, music was my love, and because of everything I thought had to accompany my music it became my burden. It just got stolen from me. I said, What is this? How did this thing that I love so much so easily and so quickly turn to something I loath and hate? And so now, you know, I understand that it was because I was measuring myself or trying to compare myself to a standard that wasn’t reality. It wasn’t the standard at all, you know. There’s a scripture in the Bible that we, what does it say, it says ‘We compare ourselves amongst ourselves’ you know. That’s not the standard. You already are the standard. What are you trying to fit into a standard for? We were each created to be individual standards, you know. And we’re trying to fit into a standard? It doesn’t make any sense, you know. So now I’m just, you know, after all that, I’m just ready to be me. And it’s a lot to work through, you know, because all of us have hidden in these little boxes purposely, because of parts of ourselves that we were unhappy about. And it’s because we didn’t understand, you know, because there’s all this social doctrine that says, you know, that the infinite God, with all this expression, who created every single one of us, absolutely different, on purpose, wants everybody to fit into the same suit. But like, you know, that’s deception. That’s deception.
(Talking to someone offstage) Ok, let me just, I think this is the wrong one (laughing) I don’t think this is the right one.
We took…we were in, um, Florida this weekend and we took the kids to Disneyworld, and um, you know we were going, they gave us a tour. They escorted us through the back. And when they escorted us through the back, we got to see how, you know, there all these people workin all hard, and it was like, real dirty back there, and of course, in the front it was all immaculately clean. And I said, I said, you know, People need to see the reality, they need to see, you know, how these people slave to maintain this illusion. And it felt like my life. I said, If people only knew what it was. It’s like, you know, a bunch of musicians, listen, bustin’ their ‘mm’ workin all hard to make it look easy. What’s the point? You know, Oh, uh, I just threw this together, uh…(audience laughs). You know, it’s like, you know what I’m sayin? I mean, you know. Slaving. Slaving to act like, you know, I wake up like this. And none of us do, you know, none of us do. None of us do. And reality is good cuz that means everybody could just exhale, let your belly out, you know, and chill. You know. But people get mad at me when I say, Look, let’s stop frontin’. And I’m saying, you know, that’s the blessing. Now we can go around and look at each other and say, Oh, you got one too?! And be free. And we want to defend the curse. I’ll tell ya, that was not fun. Did it for a long time. Too long.
(offstage) You didn’t find it? It’s another white one. But you see…in my purse. Or the, the other bag? Or the green one? Ghetto. You know, it’s reality, ok (laughing)?
One time, it came to me, you know, I was just told very concretely. You know, it was like that voice, the right one, said to me, he said, Lauryn, You know the real you is more interesting than the fake somebody else. I just want you to know that. Because we always thought we could get, you know, we could get reality by just putting on the clothes and wearin’ the face and you know, lookin hard in the video. But, you know. Reality is..it’s like I’ve always told to my husband, it’s like, look, you know, we look at Bob Marley, you know, and we say Ok, let’s just grow locks and wear the clothes and have the band and we have no many idea how many years of struggle and pain and suffering that made that content. You see what I’m saying? You can’t get it from the outside in. Truth is from the inside out. You know, and the way we’ve been trying to heal and be healed is with these topical, surface, superficial, temporary solution. And I’m telling you, true healing is from the inside out. You know, we’ve been told to protect our outer man while our inner man is dying. (offstage) Oh, this is the one.
Boy I’ll tell ya, God made him for me. I’m something to put up with. And to endure that is amazing. I’ll be the first to tell you, trust me. Y’all could clap cuz that’s some real work (more clapping). I was in there in the room, you know, before we came out here, and he said to me, I said, Ro should I change? And he said, Yeah. So I looked at him, I said, Why did you tell me to change I was comfortable, man. But I asked him the question. So I went in the room and I tried on all these clothes and I was like, I feel like an idiot. So I pulled out all these clothes and I’m sayin, ok Ro, you know, Pack the bag neatly, you know, Could you put the clothes back in? And he’s like, Alright. So he’s trying to do this but then I’m like, No! Now take this out! Now put that back and take that out! Put that back, hold that, take, that, put, The orange shoe! The orange shoe! So I’m like. And then after awhile I just said, Ro baby, could you leave? Please get out the room. And I just put back on the clothes I came in. Ok, I was like…I’m just not there anymore. Nah, I’m telling you. It’s like, uh (laughing).
Hey you know he’s learned. Because before we used to just beef and now he’s like, Okay…I’m out. It’s real. God gave us a brand new relationship, man, I mean, one in truth, you know. It’s like, we date people, like let’s say, you know, we’re interested in somebody and we put on the perfume and dress up and then we do things that we will never ever ever do again!
You understand what I’m sayin?
It’s like…And that’s why so many marriages end up in divorce. It’s because people wake up next to a stranger. They say, Who the hell are you? What are you doing in this bed? Where’s that man that used to do ‘du, dua, and du.’ And I’m sayin let’s give them reality from the door because…you’re going to attract love, and the one that really loves you. And then you don’t have to pretend and falcify, and you know, keep that posture. You know, you know, I can’t, I’m just like…I’ll never forget when I first met him I said to him, it was like, he saw me eating in front of him, and he told me, he was like, You eat like a man, you must not like me. You know, because, women, usually they keep that posture. And I said, Nah. I said it’s not even that, you know.
It’s but, this is reality.
This is, you know, and that’s it, man, I mean, I’m just telling you, it’s so wonderful to finally find…And trust me, it’s a work in progress, it’s not something that happens overnight. We all have to be introduced to each other. I’m telling you, I know that I’m up here and you see, Lauryn Hill, you came to see Lauryn Hill. But this is the first time y’all meet me. You see what I’m saying? Don’t think you met me before, ok. And as I grow, you’re going to meet me a little bit more.
You’re gonna be exposed to the real me a little bit more. I can tell you I had to reintroduce myself to everybody I know. My mother my father.
Listen, y’all never knew me. I want to introduce you to me. I’m just getting to know me.
And you know what, anything that’s not growin is dead, so we better be changing. You know, people would say to me, they would hold me hostage. And they, seriously, emotionally hostage, and they’d say, Uh, she’s changing. The money’s changing her. And I’d say Listen, the money’s not changing me, God’s changing me. I’m changing, because that’s a natural part of life.
We’re all supposed to change. Who wakes up and is the same way tomorrow and the day after that? Nobody is. Let the experience teach you and be real, man. And, um..there’s gonna be warfare involved. Because there’s some people who prefer deceptions, see. They say, uh, I don’t like this new expression, and I say, what, you want two-thirds of me to stay outside? I’m a whole person. You can’t say, you know, two-thirds of Lauryn, come in here. Only two-thirds is acceptable. I’m a whole person. You know. And that’s everybody. You always talk about spiritual warfare and we didn’t realize that it was in relationships.
It’s emotional warfare. Being able to tell the people we love the most the truth about ourselves. And when they say, Hey that doesn’t fit into our box for you, we say, Well, I ain’t in no box. Don’t try to put me in one. I’m going to play a little bit of guitar with this one, but I might stop it’s cuz I really want you to listen to the words, so if I stop, you understand why. I want you to really hear the words… » – Lauryn Hill

B-Girl Terra knocks everybody DOWN.

On a déjà pu voir que la culture Hip Hop est de plus en plus présente partout. La présence de danseurs Hip Hop dans des clips a explosé ces dernières années. Mais c’est encore plus cool quand ces danseurs sont une fille. Une fille qui fait du breakdance et qui a 6 ans.
Oui vous m’avez bien lu.

 

 

J’ai toujours été un peu réticente aux enfants danseurs… C’est mignon mais je les voyais plus comme un produit (mignon), que de réels danseurs. On avait déjà connu le cas au Juste Debout avec Maika et Kazane (qui depuis ont bien grandi), et une question s’était posée : Est ce qu’on peut considérer qu’un enfant qui danse très bien, peut être comparer à un adulte qui pratique depuis 10 ans voir plus… Et donc gagner le Juste Debout ? Maika et Kazane ont perdu en 2010.

Mais l’année dernière BBoy Bailrok qui a un peu plus de 12 ans a gagné le battle du Juste Debout en Top Rock.

Certains enfants ont donc cette capacité d’écouter la musique, et de danser aussi bien qu’un adulte qui fait ça depuis bien plus longtemps.

Et c’est ce que B-Girl Terra nous montre dans ce clip tourné pour le groupe Jungle qui sort son premier single : Platoon.

Le son est bon. Le clip est simple et bien tourné. Et B-Girl Terra est propre et impressionnante de charisme.

La break-up song de M.I.A : Unbreak my mixtape

« Now, what did I do to YOU to call me crazy? »

MIAEn attendant son album Matangi avec impatience, qui d’ailleurs ne sort pas avant Novembre, M.I.A a dévoilé il y a quelques heures « Unbreak my mixtape »… C’est sur un sample de Blur datant de 1999 : « Tender » à peine reconnaissable au début qu’on comprend son état d’esprit dans cette chanson représenté par cette phase : « Here’s a mixtape that I made, LET’S TAKE A BREAK »

Le son ne semble pas être super abouti mais c’était très certainement l’effet voulu. Je suis déjà fan de « Unbreak my mixtape » qui pour moi est semblable à une mélancolie complètement folle, que j’ai déjà souvent ressentie.
Enfin bref faites vous un avis par vous même en l’écoutant ci dessous et dites moi ce que vous en pensez ! 

(Et oui j’ai commencé les articles informatifs du genre, tout en donnant quand même mon avis… Il y a un début à tout)

HIP HOP « Help I Put Hairs On Pasta » ou comment vous expliquer qu’on a tous notre place dans le Hip Hop

J’aurai aussi pu mettre « Help I put my heart on people » ou encore « Hova I Play Handball in Prada » … Oui j’essaye d’être drôle. Non je ne le suis pas.

Mais HIP HOP c’est quoi ? Pour vous ? Pour moi ? Cet article c’est #unpeu une tentative d’expliquer ce qu’est et ce que représente le Hip Hop (pour moi), parce que on le ressent vraiment pas de la même manière selon la personne.

Hier soir Kayo un très bon beatmaker strasbourgeois (d’ailleurs merci parce que tu m’as inspiré cet article) m’a demandé comment j’avais rencontré le Hip Hop. J’ai comme beaucoup de monde découvert le rap avec NTM ou encore Eminem, mais à 8 ans j’achetais mon premier CD avec mon argent : Fugees – The Score. La boite est un peu cassée, le cd légèrement rayé mais il est là. Et c’est un album que j’écoute tous les jours encore aujourd’hui (on dirait que je suis vieille).

Capture d’écran 2013-07-05 à 15.08.40

J’ai suivi mon instinct. Même si et je l’avoue sans honte j’étais également fan des Spice Girls (vraiment très fan j’avais la montre et tout), et puis j’étais aussi dans le fan club de daft punk… Et je dansais également dans ma chambre à fond sur de la Dance. J’ai toujours écouté pleins de styles de musiques différentes, et j’ai eu comme tout le monde des périodes, rock, pop rock, hard rock, metal, hip hop old school – new school, rap français etc. Encore aujourd’hui j’écoute de tout même si j’ai une préférence pour le Hip Hop.
La musique c’est une chose énorme dans le Hip Hop, ça a déjà une histoire de dingue et c’est une histoire de fou pour moi…
Mais j’suis tombée réellement amoureuse du Hip Hop avec la danse…

Une rencontre quand j’avais 12 ans avec des cours de danse « street-jazz » puis une découverte à mes 16 ans, quand j’ai démarré des cours avec Nourdine Imchichi (Boogie Style Crew) à l’espace jeune de ma ville d’origine Wissembourg.
Au début tu ne te rends pas compte de l’impact. J’ai toujours fait de la danse, donc je suivais les chorés mécaniquement sans comprendre. Puis un jour Nourdine nous propose de faire un stage à Haguenau avec Suga Pop, et Poppin’ Pete : des anciens. Ils font partis des Electric Boogaloos (j’pourrai vous parler des heures de leur parcours mais ce n’est pas le but de cet article) et ont appris le locking qui se danse sur de la funk par l’inventeur de cette danse Don Campbellock, et c’est Boogaloo Sam (le grand frère de Poppin’ Pete) qui inventa, grâce à l’évolution de la musique devenu une funk plus « électronique » : le Popping… Suga Pop nous donnera un stage en Locking, et Poppin’ Pete en Popping (j’aimerai beaucoup vous parler de danse et de son histoire mais c’est pas le but non plus).

RÉVÉLATION !

A partir de ce moment là on comprend que ce n’est plus qu’une simple danse. C’est des bases, c’est l’évolution de la musique, c’est des histoires. On vit la danse, on en mange plein la gueule, et on peut plus s’en sortir.

Puis en 2007, notre animateur nous offre un voyage au Juste Debout (le plus grand battle de danse Hip Hop debout), qui se déroulait à l’époque encore au Stade de Coubertin. On découvre la scène française autre part que sur internet, et ça c’est énorme pour nous (mes copines et moi). On y retourne de nous même en 2008 cette fois à Bercy. Et en 2009, je fais la démarche de déposer ma candidature pour être bénévole. Depuis le Juste Debout et moi c’est une grande histoire d’amour, c’est ma maison pendant 2 jours, mon univers. (Merci l’équipe du JD d’ailleurs pour ça). Je n’imagine même pas en rater un.

Et le Hip Hop pour moi c’est ça.

C’est cette découverte de la richesse du Hip Hop. J’apprends tous les jours, et je continuerai d’apprendre tous les jours sur cette culture. Je suis fascinée par sa puissance. Et je suis amoureuse de ce monde. Je pourrai très certainement lui donner ma vie.
J’ai rencontré tellement de gens différents, qui ont une sensibilité différente vis à vis du Hip Hop, qui ne l’ont pas vécu pareil… Mais ce qui est magnifique, c’est que personne n’a la science infuse, et que personne ne connait tout.
Le Hip Hop est une culture de partage, entre jeunes et moins jeunes, entre nouveaux fans et anciens fans. Mais on a tous notre place dans cette culture, qu’on soit précurseur, leader, ou simplement amateur. Et c’est ça qui est beau.

On devrait partager.

On le fait déjà mais pas suffisamment  Ce que j’aime c’est quand je découvre une nouvelle vidéo, un nouveau son. Quand quelqu’un me dit : « Tu as écouté ça ? » « Non. » « Mais faut que tu le fasses, cet album est génial. »
J’aime trop connaître l’avis des gens, et ce qu’ils pensent de ça ou de ça. Je grandis après chaque discussion sur le Hip Hop. 
Internet c’est cool, on a accès à tout, et on peut tout découvrir. Mais c’est tellement bon quand tu parles pendant 2 heures, dehors, de Hip Hop et que tu rentres chez toi comblée par toute cette matière. 

Chaque jour je découvre, et je m’instruis. Chaque jour je découvre des vieux sons que je ne connaissais pas. Chaque jour j’écoute une nouveau son qui vient de sortir. Je découvre de nouveau danseur chaque année. Je découvre des graffeurs. Je découvre des DJs. Je découvre des beatmakers. Je découvre des artistes. Je découvre. 

J’ai envie de dénoncer, ceux qui pensent que les jeunes ne peuvent pas parler de rap, parce qu’il y a plus ancien qu’eux. On évolue tous, on apprend tous, et personne n’apprend de la même manière. C’est pas comme si le Hip Hop s’enseignait à l’école.
Je trouve que dans la danse c’est beaucoup moins flagrant. L’élève rattrape souvent très vite le maître et tout le monde est content. C’est une consécration de voir ses jeunes évoluer, et se dépasser et nous dépasser.
J’ai l’impression que c’est toujours compliqué d’être le nouveau dans le Hip Hop, on a pas assez vécu, on connait rien de la scène underground, on est trop jeune pour comprendre…

Mais ces remarques valent partout quand tu parles de Hip Hop, quand tu rappes, quand tu es beatmaker, quand tu es DJ, quand tu graffes, quand tu danses, même quand tu t’habilles !!!

Et pourtant cette année au Juste Debout Bailrok très jeune danseur gagnait le Juste Debout en Top Rock… Ok il fait parti du Rock Steady Crew mais il a moins de 15 ans…
Et personne n’a rien dit:  personne n’a râlé, personne n’a dit qu’il était trop jeune. Il a juste gagné parce qu’il était le meilleur à ce moment là.

Si il y a bien un truc que je combat c’est ça : ce n’est pas parce que tu es ancien, que tu es meilleur, que tu as plus de légitimité à parler, et qu’on devrait tous fermer notre gueule quand tu dis un truc, ou fait un truc.
On ne devrait pas s’attaquer à nous quand on ose se lancer, quand on ose créer… Et surtout pas quand on ne connaît pas un artiste, un son, un danseur, une histoire. On apprend tous. On découvre tous.

Je suis parfois dur (dans ma tête) avec les gens qui se disent spécialistes, et qui sont acteurs de la culture, et qui ne connaissent pas certaines choses qui me paraissent à moi évidentes. Mais je suis qui pour juger ? Personne.
Surtout quand j’estime ne pas connaître la moitié. Spécialiste du Hip Hop ? NON. Passionnée ? OUI.

J’pense que c’est ça qui fait la différence.

On a tous notre place dans le Hip Hop. 

Parce que le Hip Hop c’est la vie.

Mes baskets et moi : on vous emmerde.

Oui je sais je suis radicale. Et en plus très peu de personnes sont d’accord avec moi à l’heure d’aujourd’hui. Ils sont très « français ». Non on ne peut pas être classe et être habillé street.

C’est faux.

« Sauf si tu es Rihanna« .

Oui bah non je ne suis pas Rihanna et j’veux pas être Rihanna, et sincèrement j’en ai marre de ce type de réaction. On tolère les meufs qui s’habillent encore comme dans les années 90 avec des tailleurs trop larges, avec une couleur dégueulasse. Mais moi je ne peux pas être habillée classe en baskets.

Coucou la France !

Oui parce qu’on est bien en France pour que j’obtienne ce type de réaction.

L’autre jour je vais à une soirée à laquelle je vais depuis le lancement : Les Webavardes. Une soirée pour les filles geeks. J’ai vu le concept évolué et j’adore toujours autant leurs soirées. Cette fois elles choisissent la terrasse du Sofitel pour organiser leur évènement. J’y vais comme à mon habitude, bien habillée (d’après moi) mais street. Sauf que le Sofitel et ça je l’avais oublié c’est un peu le rendez vous des bobos (apparement), sauf là aux Webavardes puisqu’ils y a des nanas de tous styles, tout horizon. (Je vous conseille vraiment de venir au prochain event’ si vous ne l’avez pas encore fait : http://annabelleshome.me/2012/04/11/girl-geek-dinner/  & http://annabelleshome.me/2012/09/10/les-webavardes-le-rendez-vous-geek-des-strasbourgeoises/).

Je suis avec une amie à moi, et je lui propose de nous chercher à boire. J’ai attendu sans broncher 20 min devant le stand de boisson alors que les serveurs s’amusaient à servir tout le monde autour de moi sauf moi.
Trop street pour le sofitel ? Oui je pense puisque après avoir râler dans tous les sens, les gens que je connais m’ont sortis : ça doit être ta façon d’être habillée.

Quelques clichés de la soirée et de mon style trop street pour le sofitel de Strasbourg…

1017575_691991470827091_1640483786_n 998270_691986587494246_742454811_n 922689_691985954160976_749661764_n 1016625_691987407494164_1974999878_n 1010742_691986474160924_78383027_n

Shootés par les filles du blog Lizzy Casa Lou, originaires de Strasbourg ( http://lizzycasalou.com/ un super blog qui fait découvrir des choses qu’on ne connait vraiment pas et ça fait du bien d’entendre parler de nouveaux créateurs…) Et qui d’ailleurs avaient fait un article sur Little Shao (http://lizzycasalou.com/2012/01/very-personal-lizzy/ ) un photographe spécialisé dans les shootings de photos de danse… Hip Hop bien sûr ! Même si il s’est ouvert depuis à d’autres horizons. Je l’ai rencontré au Juste Debout en 2009 – Une personne très bien simple, et surtout super talentueux. Il shoote avec son pote Willz au tour du monde des photos dans des battles et autres event qu’on peut retrouver sur Hip Hop Photography.

Et je porte sur ces photos le nouveau Tee Shirt « Drank » de la marque strasbourgeoise Freckles Wear et découvrez son lookzine de fou : http://issuu.com/freckleswear/docs/drank

Revenons au sujet : le street style & les gens qui n’y comprennent rien. Oui je suis #unpeu énervé.

VOILÀ. On est en france ce qui signifie que quand je mets mes baskets pour sortir, on me regarde toujours bizarrement, ou alors je me prends une réflexion…
Je ne me suis jamais fait refouler d’une soirée à cause de mon style (pas encore mais tout peut arriver et en même temps je vais pas dans des soirées de ouf non plus…)

La question à se poser c’est pourquoi ce genre de réaction ? Pourquoi est ce qu’on ne peut pas être bien habillé en étant street ?
Je pense vraiment qu’il existe un réel manque d’ouverture d’esprit en France. Nous sommes tous bloqués dans des codes, et des concepts fous (moi la première). Mais j’ai vraiment envie de me « battre » (entre guillemets parce que c’est pas non plus une cause de ouf) contre ça, quitte à être toujours en décalage et à me prendre des réflexions.
« En même temps si tu t’habilles comme ça dans ce genre d’endroit faut t’attendre à te prendre des réflexions »
Oui on m’a sorti ça aussi…

« Ce genre d’endroit » ? Oui les hôtels chics, les boites de nuits, les bars in, les restaurants, mon travail…

Je suis actuellement en stage dans une agence de communication. Mon boss s’en fout complètement de mon style vestimentaire, et de ma tête de mort sur la main qui m’a coûté de nombreuses remarques sur le fait que je ne trouverai peut être pas de travail avec une telle chose sur la main. Comme ce mec chez Superdry qui a le bras entièrement tatouée et qui me dit : « Faut oser quand même se faire un tatouage sur la main… c’est délicat… »

Pourtant… en France on voit de plus en plus de personnes avec des tatouages, et de plus en plus de gens qui portent des baskets choses que j’avais un peu annoncer sans vraiment l’annoncer  avec un de mes anciens articles « Et si c’était le retour du sac à dos et des baskets ? »

DONC continuons à nous habiller STREET. Continuons à faire ce que nous voulons. Et surtout soyons nous même.

Franchement à un moment de ma vie j’ai tellement cherché à être quelqu’un d’autre en testant un style plus « classe » que je me suis perdu. Non moi ce que j’aime ce sont les baskets, et le street style. Et j’emmerde tout le monde avec mes baskets. ET je pense qu’on devrait tous faire pareil… Même quand on vient pas me demander si j’ai besoin d’aide dans un magasin parce que j’y suis rentrée en portant mon sac à dos…

Y a que chez Louis Vuitton qu’ils ont compris le truc.
J’ai accompagné un copain qui voulait acheter un cadeau pour son frère, j’étais avec mes Air Jordan 6 Olympics …

air-jordan-vi-retro-olympic-02Et je n’ai pas été dénigré visuellement (nouvelle expression), on m’a dit « Bonjour Madame » – on nous a offert des gâteaux bref … LV a tout compris. Faut jamais juger un client à sa manière d’être fringué. C’est TOUT.

En fait faut pas juger les gens sur leur manière de s’habiller… Même si plus haut je l’ai fait avec les meufs qui portent des tailleurs dégueulasse… Mais si j’en croise une j’vais jamais l’ignorer, j’vais pas mal lui parler, j’vais être normale.

Alors faites pareil… même si je ne suis pas Rihanna. 

Bisous.

UP : Je n’ai jamais dit que j’avais la science infuse du style – ni de quoique ce soit d’ailleurs. Je raconte ce que je ressens et comme je le ressens. Et les meufs portaient déjà le style street dans les 90’s, mais j’aimerai bien savoir comment il était perçu… Si y a des « vieux » dans la salle…